Election sénatoriale du 26 septembre : bienvenue à Mélanie Vogel et Yan Chantrel !

Dimanche 26 septembre dernier a eu lieu l’élection sénatoriale de 6 des 12 sénatrices et sénateurs représentant les Français de l’étranger ;  élection qui aurait dû se tenir en septembre 2020 avec le renouvellement partiel du Sénat, mais qui pour nous a été reportée d’une année en raison de la crise sanitaire et du report des élections consulaires.

Cette élection a permis, à gauche, l’élection d’une nouvelle sénatrice, Mélanie Vogel, et d’un nouveau sénateur, Yan Chantrel, pour représenter les Français établis hors de France. Je les félicite pour leur élection et de ce qu’ils représentent, avec leurs colistiers, en matière d’engagement politique ou de voies qui conduisent à s’installer pour vivre hors de France, et je suis heureux de la perspective d’avoir à travailler avec eux au cours de la prochaine période. Il y a tant à faire pour que celles et ceux que nous représentons trouvent toute leur place dans la communauté nationale et porter leurs témoignages dans les débats parlementaires du rôle qu’ils et elles jouent comme citoyennes et citoyens du monde.

Si le résultat final correspond -et c’est heureux- au rapport des forces « droite-gauche » dans le collège électoral, les divisions entre trois listes à gauche -sans compter « l’aventure » Ségolène Royal- nous ont fait frôlés la catastrophe. Pourtant nous savons combien, sur les sujets spécifiques qui sont portés par les élus consulaires, en particulier la nature des politiques publiques françaises et européennes ou sur notre conception de la citoyenneté, des analyses proches sont globalement partagées par l’ensemble des forces de gauche. La période de crise sanitaire a illustré, plus que jamais, ces besoins.

Notre unité aurait permis de souligner nos visions partagées et faire ainsi œuvre utile pour mieux mettre à l’agenda nos priorités politiques communes. A la veille d’une élection présidentielle qui arrive dans un climat de « fatigue démocratique » sans précédent, la gauche doit trouver le moyen de mettre ses priorités de justice sociale et d’écologie au cœur des débats et des votes, évitant ainsi que celles-ci ne soient confisquées par les représentants de la  « France moisie », qui attisent la haine et refusent d’aborder les vrais défis, contribuant ainsi à leur aggravation.

Ce moment de renouvellement sénatorial est aussi l’occasion de saluer celles et ceux avec qui j’ai eu l’occasion de travailler au cours des dernières années et qui vont quitter le Sénat.

D’abord, Claudine Lepage. Je salue son engagement en faveur de l’enseignement français, de la francophonie, pour les droits des femmes en France et à l’étranger, contre toutes les formes de harcèlement, comme en témoigne sa dernière question d’actualité sur ses ravages à l’école. Claudine, que j’ai connue comme élue des Français de l’Allemagne du Sud à l’Assemblée des Français de l’Étranger et avec qui je partage cet attachement à l’action de terrain, à l’AFE et qui connaissait bien l’ensemble de nos instances représentatives et leurs rôles.

Ensuite, Richard Yung, avec qui nous avons longtemps milité au sein de la Fédération des Français de l’étranger du Parti Socialiste, lorsqu’il en était le premier fédéral. Richard, qui, en 2017 a fait le choix de suivre Emmanuel Macron, mais qui a su rester fidèle à ses combats et ses engagements, en particulier sur la défense des droits des étrangers et la lutte contre toute forme de discriminations, et qui disposait avec Alain Fontaine et Vincent Toinel de deux collaborateurs parlementaires qui ont accompagné l’ensemble de ses mandats et avec qui il était très agréable de travailler.

Je salue également Jacky Deromedi, dont les engagements politiques étaient forts éloignées des miens, mais dont je dois saluer la capacité de travailler en bonne intelligence pour servir des questions qui tiennent à cœur aux Français vivant à l’étranger. Je la remercie pour ce que nous avons pu mener ensemble comme batailles en faveur des droits de nos compatriotes.

Enfin, Robert-Denis Del Picchia, qui en réalité n’avait jamais « raccroché » de son ancien métier de journaliste et nous livrait chaque semaine les principales nouvelles qui concernaient les Français de l’étranger au cours de ses 814 numéros de « l’Hebdo Indépendant ». Qu’il soit remercié, avec celles et ceux qui l’accompagnaient dans cette tâche hebdomadaire de ce qu’il faisait pour nous informer.

Avec les prochaines élections en Inde et à Madagascar, le renouvellement de l’AFE puis celui du CA de la CFE et la perspective des élections législatives l’année prochaine, nous entrons dans une nouvelle phase où nous aurons beaucoup à faire pour répondre aux besoins et aux défis qui nous attendent et de faire entendre la voix des Français de l’étranger dans notre communauté nationale.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s