Après l’intervention militaire de la France en Syrie…

En application de l’article 35 de la constitution, le gouvernement a informé le Parlement le lundi 16 avril 2018 des conditions et des objectifs de l’intervention de l’armée française en Syrie.

Pour le gouvernement français, l’usage de gaz chimiques par le régime syrien, contre sa propre population, ne fait pas de doute. Les informations sur les preuves directement recueillies par les services français ont été transmises aux Présidents des différents groupes parlementaires dans une réunion tenue par le Premier Ministre, en préparation des débats à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Le gouvernement considère que la résolution 2118 de 2013 a été violée à plusieurs reprises par la Syrie, mais que l’exercice, par six fois, du droit de veto par la Russie n’a pas permis au Conseil de sécurité de tirer les conclusions qui s’imposent à ces violations. En 2013, la Russie s’était pourtant portée garante du respect des engagements syriens de destruction des armes chimiques dont elle disposait. La Russie a soutenu le refus syrien de ne pas voir l’OIAC se rendre sur les zones victimes d’armes chimiques. Devant le Sénat, en réponse aux interventions des groupes, Jean-Yves Le Drian a indiqué, constatant l’échec des démarches multilatérales : « le veto est un droit, mais il ne fait pas le droit international ».

A titre personnel, j’ai entendu les arguments développés par le gouvernement. Je reste néanmoins très sceptique sur l’utilité de frappes aériennes punitives, qui n’ont pas d’autres objectifs que de concrétiser une ligne rouge. L’argument suppose que Bachar El Assad soit un sujet disponible pour la rationalité et la pédagogie, ce qui n’est malheureusement pas le cas. C’est tout le drame du peuple syrien depuis sept ans. Peuple martyrisé par son propre gouvernement et les jeux des puissances, que rien n’a pu protéger depuis le début de ce conflit.

Je suis très sceptique car mes déplacements de ces derniers mois au Liban, en Jordanie ou en Turquie m’incitent à beaucoup de méfiance sur les images « vues à la télé », et encouragent à m’interroger sur la présence dans le conflit, par l’intermédiaire de proxies, d’autres pays que ceux qui y sont de manière ouverte et affirmée comme l’Iran et la Russie. Or ce sont toutes ces ingérences qui s’opposent sur le terrain, qui ont pu entretenir ce conflit.

Alors que plusieurs intervenants déploraient à la tribune du Sénat l’absence de l’Europe aux côtés des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, j’ai en tête la réponse de Donald Tusk, alors Premier Ministre de Pologne, qui répondait, instruit de l’implication de son pays en Irak en 2003, aux sollicitations des mêmes trois pays en 2011 à propos d’une possible intervention en Lybie : «  regardant l’Afghanistan et l’Irak nous ne prendrons des décisions sur une implication militaire que lorsque nous aurons la conviction que c’est à 100% nécessaire ». Peu importe les raisons qui sont données à cette intervention armée, celle-ci n’apporte aucun élément politique nouveau permettant un retour à la paix.

Le peuple iranien, qui a vécu et souffert des bombardements chimiques massifs lors du conflit qui l’a opposé à son voisin irakien, est sensible à cette question. Pour cette raison, l’Iran pourrait participer à une mobilisation réelle de la communauté internationale contre l’usage des armes chimiques. Mais cela passe par un dialogue politique beaucoup plus riche avec un pays qui n’est pas aujourd’hui considéré comme un interlocuteur politique, mais juste comme un ennemi. La dernière interview d’Emmanuel Macron sur Fox News le souligne bien.

Enfin j’ai du mal à adhérer à une politique où certains crimes contre l’humanité sont justement condamnés et provoquent jusqu’à une réaction militaire à la fin d’une semaine que le Président a commencé par des selfies complices avec Mohammed ben Salmad al Assaoud, désormais instigateur d’une intervention meurtrière au Yémen qui n’est pas plus défendable que ce qui est dénoncé en Syrie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s