2011-2017 : 6 années de mandat au nom des Français vivant à l’étranger

Voter la loi, contrôler sans concession l’action du Gouvernement, porter notre parole et nos besoins de Français vivant à l’étranger dans le débat parlementaire : voici le rôle d’une sénatrice, d’un sénateur issu de nos rangs.

Je l’ai fait au Sénat depuis 2011 à la Commission des Lois et à la Commission des Affaires européennes avec des préoccupations fortes, celles qui viennent de l’expérience des élus de terrains, les conseillères et conseillers consulaires ainsi que l’ensemble des acteurs des communautés françaises à l’étranger :

Ne rien lâcher sur le droit aux services consulaires et le droit à un état civil, même lorsque les Français vivent dans des pays où la tenue de celui-ci par les autorités locales rencontre des difficultés ;

Ne rien lâcher pour que l’enseignement français et le droit aux bourses scolaires à l’étranger ne sombrent pas face au sous-financement public qui les menace et au manque d’enseignants (faible attractivité des salaires, absence de recrutements, insuffisance de détachements) ;

Ne rien lâcher pour que les Français vivant à étranger puissent enfin réorganiser leur solidarité avec une Caisse des Français de l’étranger disposant de règles lui permettant de répondre aux défis des Français vivant hors de France en 2016, et non de ceux des années 80, au moment de la création de la CFE ;

Ne rien lâcher dans le débat sur la déchéance de nationalité au sein du Groupe Socialiste dès le 17 novembre 2015, puis à la Commission des Lois et lors des débats en séance publique pour que cette loi constitutionnelle ne passe pas ;

Ne rien lâcher, comme lors de mon engagement pour la libération de Me Lydienne Eyoum entre 2013 et 2016. Sa libération en juillet 2016 a été la plus grande satisfaction de mon mandat. Je me suis de la sorte mobilisé pour plusieurs libérations de Français détenus arbitrairement à l’étranger ou en danger.

Français vivant hors de France, par nos connaissances et nos observations, nous avons des choses à dire à la France. Des convictions que nous devons défendre dans le combat contre le populisme et l’ignorance de l’autre, pour l’adaptation de notre pays aux défis que nous avons en commun sur la planète : éducation, climat, impact des technologies sur nos sociétés.

  • Nous savons combien la France doit rester fidèle à son message humaniste et universel, être un vecteur de la construction européenne. Ce message universel est aussi devenu écologique depuis la réussite de la COP 21. Français vivant à l’étranger nous devons affirmer que c’est en étant fidèle à nos valeurs que notre pays sera reconnu dans le monde.
  • Nous savons que répondre au fléau du chômage, c’est aussi offrir à l’économie française et aux Français des opportunités à l’étranger. C’est à la France de leur permettre d’avoir la force et les outils pour y être le plus performant possible.
  • Nous savons que nous ne pourrons répondre aux plus grands défis du moment que par la coopération internationale, le dialogue et la compréhension mutuelle. Pour faire de notre planète un lieu plus humain, pour toutes et tous. Français vivant à l’étranger, nous avons un rôle de pont à jouer entre ceux qui ne se comprennent pas, qui ont peur les uns des autres.

C’est avec ces convictions que j’ai mené le mandat que vous m’avez confié. Je remercie celles et ceux qui m’ont fait confiance et qui m’ont aidé, en premier lieu nos conseiller-e-s consulaires. Par ce document et ses annexes, je voulais vous faire part de mon travail après 6 années passées au Sénat.

Le bilan exhaustif en cliquant ici

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s