Ma question sur les conséquences humaines, matérielles et financières de la vente de la maison Descartes à Amsterdam

Après la vente du Palais Clam Gallas à Vienne (Autriche) et le déménagement du Consulat général à Toronto (Canada), encore une opération immobilière qui interpelle… J’ai donc souhaité interroger Jean-Yves Le Drian une nouvelle fois sur le bienfondé d’opérations immobilières dont on on voit l’intérêt financier de court terme. Cette question sera publiée au Journal officiel du 27 juillet 2017.

M. Jean-Yves Leconte demande à M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères, d’une part, de lui faire établir un bilan le plus exhaustif possible des conséquences de la vente des bâtiments de la maison Descartes d’Amsterdam aux Pays-Bas (recettes de la vente, frais d’avocats et de notaire, coût social lié aux licenciements de personnel…) et, d’autre part, de bien faire mesurer l’impact de cette opération sur l’ensemble des nouveaux paramètres à prendre en compte pour assurer l’équilibre financier de l’institut français à Amsterdam une fois installé dans ses nouveaux locaux (frais de relocalisation, montant du ou des bails…).

En effet, en avril 2017, malgré la forte mobilisation de notre communauté et de ses représentants, la France a cédé à un groupe d’investisseurs privés la maison Descartes. Elle était, depuis cinquante ans, par la volonté d’André Malraux, le cœur de la présence culturelle de la France aux Pays-Bas. Ancien hospice wallon francophone, elle symbolisait notre langue à Amsterdam depuis 400 ans. Initialement la cession devait conduire de préférence à l’achat d’une nouvelle emprise pour le consulat de France à Amsterdam qui accueillerait dans ses nouveaux locaux l’attaché culturel ainsi que l’assistante administratrice de l’institut français. Cependant, il semble que cette option d’achat n’ait pas été retenue et qu’une colocation partagée avec Business France serait désormais la solution privilégiée. Cette solution engendrerait budgétairement des coûts annuels auxquels l’institut n’était pas soumis jusqu’à présent.

Il lui demande comment celui-ci pourra financer son entrée dans de nouveaux locaux et assurer la pérennité de cette location, quels sont les autres établissements français qui devront louer des emprises pour rester présents à Amsterdam, et s’il est possible d’obtenir une transparence sur l’ensemble des paramètres financiers d’une opération immobilière bien plus complexe que celle préalablement imaginée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s