Pologne : La démocratie en état de siège

Le 13 décembre 1981, le Général Jaruzelski déclarait en Pologne l’Etat de siège. La neige tombait sur Varsovie et, avec elle, les espoirs de liberté, de progrès social que les accords de Gdansk, signés en 1980 avec Solidarnosc, promettaient. Il aura fallu 8 années de lutte pour ces promesses puissent devenir réalité et engagent le pays sur la voie de progrès significatifs qui ont touché l’ensemble de la société et dont le plus beau symbole fut l’adhésion à l’Union européenne en 2004.

35 ans après, les audaces du guide de la révolution nationale-conservatrice, le patron du PiS, le parti au pouvoir, Jaroslaw Kaczyński, pour remettre en cause les bases de la démocratie semblent de plus en plus dangereuses.

Après un long combat allant contre tous les principes de la séparation des pouvoirs, le Tribunal constitutionnel a été mis au pas, le pouvoir des procureurs a été largement augmenté, leur donnant des pouvoirs de surveillance de la population sans doute inégalés dans l’Union européenne, tandis que le Ministre de la justice cumule maintenant ses fonctions avec celle de procureur national.

Décembre 2016, ce fut, après l’autorité judiciaire, le pouvoir législatif qui fit l’objet des attaques de l’exécutif : la réduction de la transparence des débats parlementaires et la limitation de l’accès des journalistes aux travaux du parlement furent les premières mesures prises. Ensuite, prenant prétexte d’un incident avec l’opposition, la majorité a décidé de poursuivre le vote du budget en dehors de l’hémicycle et sans que le vote apparaisse comme conforme au règlement de l’Assemblée. Dans ces évènements de décembre, chacun pourrait porter une part de responsabilité, car finalement l’occupation de l’hémicycle par l’opposition donne au pouvoir la justification qu’il souhaite pour, vis-à-vis de son opinion publique, justifier ses coups de force. C’est ainsi, que malgré les actions de sa majorité, Jaroslaw Kaczyński n’hésite pas, à dire en titre d’un magazine que le comportement de l’opposition fut une tentative de coup d’Etat… Mais Varsovie, pour l’instant, n’est pas Ankara.

Les effets des réformes sociales engagées par le gouvernement (la baisse de l’âge de la retraite, la politique familiale dite des « 500+ » qui donnent 120 EUR par enfant d’allocation familiale dès le deuxième enfant -et sous conditions de ressource dès le premier-), l’absence d’une opposition ayant fait l’inventaire de sa gestion précédente contribuent à maintenir un soutien important de la part de l’opinion publique pour le PiS. Ceux qui, en Europe, s’inquiètent de l’évolution de ce pays, doivent prendre ceci en compte dans leurs propositions de réaction à la situation polonaise. Nous ne pouvons pas rester indifférents mais veillons à ce qu’aucune réaction ne contribue à faire baisser un sentiment européen qui reste très puissant en Pologne. Une réaction qui apparaitrait comme de l’ingérence pourrait devenir contreproductive. Le PiS n’attend probablement que cela pour aller plus loin dans son projet politique. C’est de Pologne, des Polonaises et des Polonais que doit venir la sanction à l’égard du PiS. Les actions répétées du gouvernement et de ses soutiens politiques remettent progressivement en cause une démocratie polonaise qui fut pourtant l’objet de dizaines d’années de combat de tout un peuple. Ce peuple ne se laissera pas voler sa victoire. Soyons vigilants et solidaires, autant que nous le pouvons. Ne soyons pas dupes des discours du PiS. Mais c’est en elle-même que la Pologne peut et doit trouver les moyens de faire face au danger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s