Difficultés de mise en œuvre de la réforme de l’asile concernant l’enregistrement des demandes : ma question au Ministre de l’Intérieur

Question n° 21748 adressée à M. le ministre de l’intérieur
Publiée le  12/05/2016
Texte de la question :

Jean-Yves Leconte attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur les difficultés de mise en œuvre de la réforme du droit d’asile et, en particulier, sur les problèmes rencontrés par les demandeurs dans certains départements pour obtenir l’enregistrement de leur demande. Depuis l’entrée en vigueur de la loi n° 2015-925 du 29 juillet 2015 relative à la réforme du droit d’asile, il est fait obligation aux préfectures territorialement compétentes d’enregistrer les demandes d’asile au maximum dans un délai de trois jours. Ce délai figure dans la loi et est aussi inscrit dans la directive 2013/32/UE du Parlement européen et du Conseil du 26 juin 2013 relative à des procédures communes pour l’octroi et le retrait de la protection internationale. Les procédures mises en place prévoient que la prise des rendez-vous auprès des préfectures pour l’enregistrement d’une demande d’asile soient sous-traitées aux plateformes d’accueil des demandeurs d’asile (PADA) d’un département. Toutefois, faute de disposer de la part des préfectures de suffisamment de créneaux dans les délais requis, les plateformes ne sont pas en mesure, dans certains départements, de fixer un rendez-vous en préfecture à de très nombreuses personnes, qui soit attendent des mois avant d’en obtenir un, soit ne parviennent même pas à voir leur demande préenregistrée. Beaucoup de demandeurs ne peuvent donc exercer leur droit à déposer une demande d’asile, en particulier en Île-de-France. Récemment ce sont plus de 135 requêtes auprès du tribunal administratif de Paris qui ont abouti en faveur des demandeurs, le tribunal ayant enjoint à la préfecture de police de convoquer les intéressés sous dix jours pour enregistrer leur demande d’asile. Cette situation conduit à des évolutions paradoxales, comme la venue sur Calais de demandeurs d’asile dans le seul but de pouvoir bénéficier sur place d’une prise de rendez-vous rapide, et d’une prise en charge d’une meilleure qualité qu’en Île-de-France. Il lui demande donc quelles voies il envisage pour s’assurer du respect de la directive « procédures » par l’autorité administrative et pour permettre l’effectivité pour chaque demandeur d’asile de voir sa demande enregistrée dans le délai maximal de trois jours prévu par notre législation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s