Pacte de responsabilité : il y a encore des décisions à prendre

pacte70414C’est notre responsabilité de socialiste que d’apporter aujourd’hui notre soutien à une politique qui affirme que l’entreprise est au cœur de la création de croissance. Cette croissance, c’est la condition nécessaire du retour à l’emploi, la condition nécessaire pour défendre notre modèle social. Celui-ci ne pourra perdurer longtemps dans la stagnation ou par l’endettement. L’entreprise, la place du salarié dans l’entreprise, la défense de ses droits et la place du dialogue social comme facteur de progrès c’est bien là la source du socialisme, de l’histoire de la social-démocratie. Y revenir pour l’adapter à une période nouvelle est indispensable.

Mais il faut dire les choses franchement : travailler sur la compétitivité des entreprises en pensant que la réduction du coût du travail est le facteur magique qui résoudra tout est une erreur majeure. Les pays industrialisés qui ont renforcé leur compétitivité au cours des dernières années, l’ont souvent fait grâce au coût de l’énergie. En aucun cas une course en avant vers les bas salaires ne peut constituer une solution.

Enfin, dénoncer la surévaluation de l’Euro est facile, mais comment alors expliquer que la zone Euro a aujourd’hui un excèdent commercial de plus de 154 000 M€ ? Et la France un déficit de 61 000 M€ ! Notre sensibilité à la valeur de l’Euro, bien plus forte que celle de nos partenaires, témoigne de la nécessité de la modernisation de notre appareil productif, du besoin d’adaptation de notre offre. C’est pourquoi la démarche engagée par le gouvernement est essentielle.

« Redressement productif » : belle ambition ! Innovation, exportation, partage de la création de richesse entre salariés, évolution des carrières : L’activité industrielle est structurante pour un pays. Pour cela il y a encore beaucoup à faire :

  1. Une fiscalité prévisible, jamais rétroactive et favorable à l’investissement productif, en revoyant par exemple secteur par secteur la fiscalité des amortissements et celle des intérêts d’emprunt.
  2. Avoir une politique énergétique lisible. La mantra de la « transition energétique à 100 000 emplois » n’est pas la réponse au sous-investissement energétique depuis des années en France en particulier en matière de renouvellement du parc nucléaire (ce qui explique aussi la faiblesse d’Alstom, de ses sous-traitants et nos difficultés à vendre notre nucléaire civil sur les marchés étrangers). Le coût de l’énergie est parfois du même ordre de grandeur que le coût du travail dans l’industrie et ne pas travailler sur cet aspect des choses, ne pas offrir de perspective crédibles et stables sur cette question est un handicap majeur pour le renouveau industriel et attirer de nouveaux investissements. L’Allemagne aujourd’hui doit faire face à cet enjeu. Mais elle dispose d’autres forces que nous n’avons pas et rien ne dit qu’elle va réussir sa transition. Sachons trouver notre voie et assumons-là !

Alors oui, les orientations présentées aujourd’hui et qui concrétisent les annonces du Président de la République du 14 janvier dernier sont satisfaisantes. Elles sont une condition nécessaire pour redonner à la France la capacité d’avoir de la voix en Europe, de peser sur son avenir. Elles sont une condition nécessaire pour disposer des moyens de défendre notre modèle, faire en sorte que les Français puissent y croire à nouveau. Mais ne nous arrêtons pas en chemin : le coût du travail ne sera pas « l’Alpha et l’Omega » du renouveau industriel. Le croire, ce serait demander de faire des efforts aux Français, sans créer les conditions de la réussite.

Il y a encore beaucoup à faire.

Jean-Yves Leconte.

Courrier de Monsieur le Premier Ministre aux Sénateurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s