Question écrite: sécurisation et destruction des dépôts de munition

Question n° 22997 adressée à M. le ministre de la défense et des anciens combattants
À publier le : 15/03/2012

M. Jean-Yves Leconte attire l’attention de M. le ministre de la défense et des anciens combattants sur les stocks de munitions conservés dans des conditions dangereuses et les risques de mort qu’ils engendrent dans de nombreux pays du monde. L’explosion d’un dépôt de munitions de Brazzaville avec de nombreux morts est venue rappeler s’il y avait besoin l’importance de la destruction de ces stocks. Il y a quelques années, un dépôt de munitions a explosé près de Tirana en Albanie et l’explosion a été entendue jusqu’à Skopje ! Lorsque des dépôts de munitions sont laissés à l’abandon par les autorités d’un pays, la sécurisation et la destruction de ceux-ci doit être une priorité de la communauté internationale et la France doit participer à ses efforts et à sa mobilisation. Il lui demande quelles sont les actions envisagées dans ce but dans les pays membres de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et au-delà. En ce qui concerne la sécurité des Français à l’étranger et pour l’action du centre de crise, il lui demande de s’assurer que les dépôts de munitions à risques puissent être répertoriés dans la mesure du possible et qu’il en soit tenu compte dans l’élaboration des plans de sécurité.

Réponse de M. le ministre des affaires étrangères
À publier le : 09/08/2012, page 1820
Texte de la réponse : L’explosion survenue à Gerdec, en mars 2008, a tué 26 personnes. Elle s’est produite à 16 km de la capitale albanaise, soit à une distance significative des deux points de regroupement prévus à Tirana par le plan de sécurité, qui n’ont pas été endommagés. Elle n’a fait aucune victime française. Après cette catastrophe, les autorités albanaises ont cherché à regrouper les dépôts de vieilles armes et de munitions. Des destructions programmées se déroulent régulièrement dans deux usines, sous haute surveillance. L’explosion survenue le 4 mars 2012 au camp Mpila de Brazzaville a provoqué d’importants dégâts matériels (vitres cassées, menuiseries altérées et fissures de murs) dans certains de nos points de regroupement, pourtant situés à plusieurs kilomètres, sans faire de victimes parmi nos compatriotes. L’ambassade n’était pas informée de l’existence de ce dépôt de munitions au sein du camp militaire, couvert par le « secret défense ». Au quartier Mpila, tous nos compatriotes ont dû quitter leurs domiciles, détruits par l’explosion, et se reloger ailleurs. À la faveur de cette crise, l’ambassade s’est engagée dans une refonte complète du dispositif d’ilotage. La dépollution du dépôt de munitions donne lieu à une coopération avec les autorités locales. La sécurisation des stockages d’armes et de munitions est une problématique importante pour la communauté internationale, en raison des risques qu’ils engendrent dans de nombreux États. Des actions sont conduites aux niveaux international et régional pour sensibiliser les États particulièrement touchés par cette problématique. Ainsi, par exemple, le Programme d’action des Nations unies en vue de prévenir, combattre et éradiquer le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects, adopté par les Nations unies en 2001, prend en compte la dimension de la sécurisation du stockage et appelle les États parties à prendre des mesures aux niveaux national et régional en ce sens. Le Conseil de l’Union européenne a adopté en 2005 une stratégie de lutte contre l’accumulation et le trafic illicite des armes légères et de petit calibre et de leurs munitions. Complétant le Programme d’action des Nations unies, cette stratégie repose essentiellement sur le soutien aux pays tiers, et propose notamment une aide à la gestion des stocks, à la collecte et à la destruction des armes légères et de petit calibre excédentaires. L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) est également très engagée. Elle a ainsi rédigé un document en 2003 sur les stocks de munitions conventionnelles qui s’est traduit par l’édition de guides de meilleures pratiques relatives au stockage des munitions et la sécurisation des sites au profit des États membres. Des projets de coopération de sécurisation de sites défectueux sont régulièrement lancés et soutenus par l’OSCE, l’OTAN et l’Union européenne, à la demande des États concernés. La France contribue matériellement et financièrement à ces projets, en participant à des ateliers de formation, des missions d’évaluation ou des projets d’amélioration de la gestion des stocks. Dans le cadre de la préparation des plans de sécurité au bénéfice des Français de l’étranger, les ambassades et consulats de France intégrent la problématique de la localisation précise des dépôts de munitions et s’attachent, en lien avec les autorités de résidence, à concilier les impératifs de sécurité de ses ressortissants et de ses emprises diplomatiques et les contraintes liées à la confidentialité au titre de la défense nationale des pays concernés.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s