Nos idées ont-elles perdues l’élection européenne ?

« Echec », « dernière station avant le désert », « nouveau 21 avril », « logiciel daté », « minuit moins le quart avant la mort clinique du PS ». Depuis dimanche dernier nous sacrifions au rite socialiste de la critique violente d’après défaite, pour ne pas dire du coup d’état d’après défaite, inauguré tragiquement en 1993. Remise en cause de l’équipe dirigeante, chacun étant bien sûr convaincu qu’il aurait mieux fait que son voisin, usage jusqu’à la nausée du mot le plus galvaudé de la novlangue socialiste, « la rénovation » voilà aujourd’hui, et pour quelques semaines, notre quotidien…

Pourtant, qu’observe-t-on ?

–         L’extrême-droite, du FN à sa version villieriste des beaux quartiers n’a jamais été aussi faible depuis plus de 20 ans.

–         Le Front de Gauche, qui s’inscrit dans une perspective d’alliance à gauche, a réussi son pari face au NPA.

–         Un discours européen, assumant une perspective d’Europe fédérale, militant pour une transparence des mouvements financiers, faisant l’analyse que la crise actuelle est une crise structurelle et systémique qui impose des remises en cause profonde, bref, portant plusieurs de nos idées, parvient à un score inespéré.

–         Bayrou est démasqué

Si au niveau européen, le résultat est une claque de premier ordre pour la social-démocratie et le PSE, il me semble que la lecture des résultats français est un peu différente et, somme toute, porteur d’espoir.

La boutique PS, sise 10 rue de Solférino, est en péril. Nous en conviendrons. Mais qui d’entre-nous va considérer les militants, les sympathisants, les électeurs d’Europe-Ecologie comme des adversaires politiques ? Avons-nous avec eux plus de différences qu’entre-nous ? Peut-être nous faudrait-il reconnaître que d’autres que nous ont mieux défendu un socle politique que nous partageons suffisamment avec eux pour ne pas nous effarer de leur propre succès. 2009 n’a rien à voir avec 1994. Et Eva Joly n’est pas Bernard Tapie…

Evitons de réagir en boutiquiers, dépositaires bien indignes du monopole de la représentation de la gauche. La boutique est en péril, mais pas nos idées. Eh bien, je vais vous dire, je préfère cela au contraire !

Il n’empêche que nous ne sommes pas les Verts, que sur plusieurs points, et le nucléaire en fait partie, nous pouvons avoir des positions différentes. Mais c’est seulement par l’union que nous arriverons ensemble à travailler et à porter une alternative au PPE, à l’UMP et à Sarkozy. Les résultats nous indiquent toutefois quelques pistes pour préparer les prochaines échéances :

1. Notre stratégie « à un coup » de 2002 et 2007, de tout miser sur l’élection présidentielle et de compter sur une victoire présidentielle pour rebondir sur les législatives est, sauf à avoir un candidat incontesté et incontestable, mauvaise. Ce n’est plus un secret pour personne.

2. Certains esquissaient, sans trop l’avouer, la stratégie de « l’autre coup » : Laissons Bayrou gagner, ensuite il aura besoin d’une majorité. Donc laissons passer le mois d’avril 2012 et préparons les législatives. Vu l’état du cheval béarnais, qu’il faut malgré tout (un peu) ménager, c’est assez compromis…

3. Le rapport de force à gauche ne donne plus la légitimité au PS pour prétendre tout seul faire émerger une alternative à la droite : Être minoritaire au sein de la gauche, cela change tout. Mais nous avons encore des atouts et l’échéance des régionales est ce que nous savons faire de mieux. Il est probable que les verts souhaitent aller seuls au combat des régionales. Mais évoquons dés maintenant avec eux l’idée d’un choix commun d’une candidature présidentielle et du dispositif, le plus ouvert possible, pour parvenir à faire émerger ce candidat commun. On peut comprendre qu’un parti qui fait 4% du corps électoral ai besoin d’un candidat à l’élection présidentielle pour exister. Mais lorsque son candidat peut faire entre 10 et 20%, ce qui vaut pour le PS comme pour les Verts, y aller séparément c’est vouloir une double disqualification…

 Au niveau de l’ensemble de l’Union, le résultat du PSE est beaucoup plus préoccupant. Aucun parti n’a fait réellement campagne sur l’Europe, sur ce moment historique durant lequel, pour la première fois, plus de 360 millions d’électeurs de 27 pays du continent se choisissaient une majorité. Qui a dit que ces nouveaux élus auront fort à faire pour renforcer des institutions européennes qui sont, et qui vont être mises à rude épreuve, par la crise et les égoïsmes nationaux qui sont forts comme jamais. Chaque Etat tentant de reprendre une part de souveraineté pour se défendre …. Et faire payer Bruxelles.

 Dans ce contexte, un PSE qui n’assume pas un message clair en faveur d’une Europe fédérale est un PSE mort. Soyons-en convaincu, il n’y a pas de gauche possible dans l’Union européenne sans Europe fédérale. C’est à dire sans possibilité de faire des choix politiques au niveau européen. L’Europe intergouvernementale sera toujours technocratique et de droite. C’est en  donnant aux citoyens la possibilité de l’orienter différemment que nos propositions deviendront alors crédibles. Cohn Bendit a proposé en partie cette vision. Et nous ? Une majorité de citoyens ou de pays n’est pas prête à cela ? Peu importe, tenter de convaincre et de rassembler progressivement sur une vision d’avenir est mieux que de s’étioler d’une élection à l’autre sur des slogans rassis auxquels personne ne croit plus, même ceux qui les prononcent.

 Il n’y aura pas d’Europe sociale tant que l’Europe sera intergouvernementale. L’Europe sociale sera lorsque les peuples européens pourront la revendiquer démocratiquement. Parler d’Europe sociale sans travailler à une majorité au parlement européen, c’est abaisser cette belle perspective à être juste une mantra de notre novlangue, à l’image de la « Rénovation »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s