Bureau de l’Assemblée des Français de l’étranger

Le dernier bureau de l’Assemblée des Français de l’étranger avant son renouvellement partiel de juin s’est terminé Vendredi soir.

 Parmi les points significatifs évoqués lors de ces réunions :

 1. L’annonce par la directrice de l’AEFE d’une demande d’arbitrage du Premier ministre sur la question des majorations familiales servies aux enseignants résidents. La décision du Ministère du budget ne permet pas en effet à l’AEFE de ternir ses engagements vis à vis de ses personnels.

 2. L’annonce d’une revue du barème d’attribution des bourses scolaires en liaison avec le Ministère du budget.

 3. L’inquiétude sur la survie du programme « Français de l’étranger » du Ministère des Affaires étrangères. En effet, après les dernières réformes de l’organigramme du MAEE, son budget est à la limite inférieure permettant un programme spécifique.

 4. L’absence criante de moyens pour la réforme du Ministère des Affaires étrangères. Ceci risque de fragiliser durablement ou de remettre en cause ce qui nous reste de points forts en matière de présence culturelle, éducative ou de coopération.

 5. Enfin lors du débat sur les conditions de la campagne pour les élections du 7 juin, il a été mis en évidence l’anachronisme de l’impossibilité de faire campagne à l’étranger, l’hypocrisie de l’absence de contrôle des comptes de campagne. Enfin le vote électronique qui sera possible le 7 juin va engendrer quelques problèmes en raison de l’obligation législative de ne faire qu’un seul procès-verbal par bureau de vote. En effet, dans un bureau de vote les électeurs pourront voter électroniquement ou physiquement (dont par correspondance). Ainsi il faudra dans chaque bureau de vote compiler les votes physiques et les votes électroniques. D’où un certain « dysconfort » par exemple pour les assesseurs et les candidats de Madagascar qui devront attendre la communication des votes électroniques pour signer les procès verbaux. Or cette communication des votes électronique ne se fera qu’après la fermeture du bureau de vote physique de San Francisco… Plusieurs heures d’attente pour signer le PV et le suspens pour le résultat final ! 

 Enfin, dès une refonte du site de l’Assemblée des Français de l’étranger (www.assemblee-afe.fr ) il devrait être possible pour l’ensemble du public d’accéder aux travaux de l’Assemblée, rapports des commissions, verbatim des débats, questions posées à l’administration.

 Je profite de l’occasion pour saluer ici, comme Vendredi hier lors de la clôture du bureau, l’ensemble des élus issus des circonscriptions d’Afrique et d’Amérique. Ils sont arrivés en 2003 dans ce qui s’appelait encore le CSFE. Ils nous quittent après six années qui ont vu la représentation politique des Français de l’étranger profondément évoluer.

 Le renouvellement de 2009 est le premier en Afrique et Amérique (L’Europe et l’Asie avaient inaugurer ce découpage en 2006) qui se déroule dans le cadre du redécoupage qui accompagnait le rapport de la commission de la réforme qui a travaillé entre 2000 et 2003. C’est cette commission de la réforme qui a proposé la fusion des listes électorales du CSFE et du centre de vote. Fusion qui a été la cause majeure du doublement du nombre d’inscrits à l’étranger entre 2002 et 2007 pour les élections présidentielles, permettant d’atteindre un chiffre qui ne rendait plus possible de dénier aux Français de l’étranger le droit à une représentation à l’Assemblée Nationale.

Le CSFE, grâce à sa commission de la réforme, a posé des jalons importants dans la mise en place des députés des Français de l’étranger. A l’avenir l’Assemblée des Français de l’étranger va devoir évoluer profondément, afin de travailler en harmonie avec la nouvelle représentation parlementaire des Français de l’étranger.

N’oublions pas de la représentation politique des Français de l’étranger et son renforcement, qui sont essentiels, ne sont pas une fin en soit. Ils ne sont que des outils au service de l’orientation de l’action de la puissance publique française, parfois européenne, au service des Français de l’étranger et du pays. Parfois au cours des dernières années nous avons pu avoir l’impression que l’amélioration de la représentation politique n’engendrait pas une amélioration de cette action. Notre défi, à l’avenir sera d’inverser cette tendance avec les nouveaux élus issus de l’élection du 7 juin prochain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s